Cela fait un peu plus de 2 ans que papa nous a quittés. 2 ans où j’ai été bien occupée. 2 ans de hauts, de bas… 2 ans dans les couches, les maladies, les promenades, les joies des enfants, les difficultés de couple…

Afficher l'image d'origine

Cela fait quelques jours que je pense beaucoup à mon papa. Il me manque. Il n’y a rien de plus à dire. Le pire c’est quand j’imagine ce qu’il aurait fait avec mes filles, et là les larmes me montent directement aux yeux.

S’il avait encore été parmi nous, je sais que :

  • Papa aurait tout fait pour être le plus souvent chez nous même si maman trouvait des excuses pour ne pas traverser la France.
  • Papa aurait emmené les filles à la piscine, au zoo, en promenade, faire du vélo… même s’il était fatigué.
  • Papa ne se serait jamais plaint parce qu’elles font trop de bruit…
  • Papa les aurait tellement adoré… Et c’est sans doute ce dernier point qui me fait tant de peine.

E. a connu mon père 6 mois « normalement » et 6 mois « très malade ». J’ai toujours voulu qu’il existe pour elle même APRES. On lui en a beaucoup parlé, lui expliquant que papy était très malade et que les docteurs n’avaient pas réussi à le soigner, qu’il avait du rejoindre les étoiles et qu’il nous voyait de là-haut. Il lui arrive de nous dire qu’elle voit papy quand elle est dans la voiture et qu’il fait nuit.

Quand je pleure  E. me demande toujours pourquoi et quand je lui réponds que papy me manque elle me répond toujours « Tu sais maman, il s’occupait bien de moi quand j’étais petite. Il me donnait mes bibis et me promenait ». C’est vrai ! Mais elle ne s’en souvient que parce que je lui en ai parlé. Elle ne se souvient de rien. Elle ne racontera jamais à l’école tout ce qu’elle a fait avec son papy…

C. ne l’a pas connu puisque papa nous a quitté lorsque j’étais enceinte d’un mois et demi. Sa dernière parole vers moi  » Ne perds pas ton bébé à cause de moi ». Il y tenait à mon bébé et m’avait toujours dit que c’était une deuxième fille. Pour elle ce sera encore plus un étranger. Cela m’attriste beaucoup… On lui montre des photos mais pour le moment, elle n’a aucune réaction.

Mon papa était quelqu’un de câlin, quelqu’un de bon vivant, un amour de papa, un amour de papy et même s’il avait un mauvais caractère, tout le monde l’aimait.

On a appris quelque chose après son décès, il était TRES fier de nous. On le savait mais on ne pensait pas autant. Les gens qui passaient nous présenter leurs condoléances au funérarium nous ont répété les uns après les autres à quel point il parlait de nous, à quel point il était fier de nous trois et de sa petite fille. On l’a évidemment su plus tard, trop tard… Je me souviens encore comme il était fier quand j’ai eu mon concours d’instit’. Il aurait été fier de ce que sont devenus mes frères…

Il me manque…

Source photo : http://www.astucesdefilles.com/11-raisons-pour-lesquelles-il-ne-faut-pas-se-retenir-de-pleurer/

Publicités